Nice Triathlon Club

Actualité

9 AVRIL - Marathon de Paris 2017

Bénéficiant d’une place offerte par l’un de nos sous traitant, et pas le moindre puisqu’il s’agit de Schneider, l’organisateur « himself », je me devais de l’honorer. Et pourquoi ne pas en profiter pour un petit voyage en famille ? Voilà une idée qui a ravi les miens. Sauf qu’un marathon, ça se prépare un minimum…et bien, cela me servira de foncier pour la suite de la saison. JB « coach me if you can » nous a préparé un super plan (à Mehdi et moi), plus plein de conseil.

C’est donc parti pour une belle aventure, quelque soit le résultat, elle sera belle. Cette course n’était pas un objectif, mais un marathon ça se prépare (je vous l’ai pas déjà dit ??). 3 mois intenses, alternant les séances fractionnés, les sorties longues et autre séances au seuil. Seul ou en groupe au début…Perso, j’ai eu de la chance d’avoir toujours à mes côtés soit le Steph soit le David (qui sont du même niveau que moi) lors des mes séances longues…ils n’ont pas tout fait en totalité mais ils étaient là sur quelques tours, et ça fait chaud au cœur les copains… je vous ai déjà dit qu’un marathon ça se prépare ?

Tout se passait bien jusqu’à ce que mes chevilles ne me jouent quelques tours, ce qui entraina un problème au niveau du talon, surtout à droite. Du coup les 4 dernières semaines furent principalement axées sur les soins. Une semaine avant, les sensations sont plutôt bonnes et encourageantes…on verra bien.

C’est parti, voyage en famille (900km en voiture), petite balade la veille de la course et soins préventifs prodigués par ma petite femme chérie.

mdp02

Cheville strappée, manchon BV sport en place, 3gels ok… tout est prêt. Direction le départ. Sorti du métro et arrivée sur la place de l’étoile et là, pour moi, petit campagnard, c’est le choc… cette place est monumentale !!! L’arc de triomphe trône là comme un géant à qui la ville appartient. Je suis stupéfait et émerveillé… et les champs Élysées…pfouuuu !!! Niveau sécurité, rien à dire, impossible de rentrer sans montrer patte blanche, mon départ est à 8h20, je dois rentrer dans mon SAS (3h30) à 8h00.

Petit échauffement, je satisfais quelques besoins naturels certainement dûs au stress… petits moments en famille ou j’arrive à faire rire ma fille… et je rentre dans le SAS… whaou quel monde, il y a du monde mais on n’est pas serré, pas étouffé comme à Nice. Les premiers sont partis, je pense à mon petit Mehdi qui est parti aussi et ça y est, ça va être à moi, on avance jusqu’à la ligne de départ…c’est parti pour les 3h30 mais pas mon côté de voie, on se regarde tous, mais keskicepasse ??? il y a tellement de monde qu’ils sont obligés de faire partir par « secteur de SAS »…je vous ai dit qu’un marathon ça se prépare ? eh ben ça aussi faut le préparer…

Allez ça y est, cette fois c’est la bonne, ne pas partir vite, euphorie quand tu nous tiens, mais non, je reste concentré en cherchant ma famille…1er kilo, nickel, dans les temps. Les champs Elysées sont avalés et je suis émerveillé par tout ce monde, spectateurs et coureurs. Pour la première fois de ma vie, je visite Paris…je surveille mon chrono et jusqu’au 10km c’est toujours nickel je passe en 50’… je continu, à m ‘émerveiller de cette ville… direction le bois de Vincennes… j’adore… j’adore vraiment cette partie !!! Direction le semi, les jambes commencent à picoter, certainement dû à ce dernier mois passé à me soigner. Je passe en 1h46, pour 1h45 prévu, ça me va toujours. 1er gel avalé en arrivant au ravito. Retour en centre ville, la concorde et son monde de fou, incroyable tout ce monde… malgré j’entend un « allez Ludo », Patricia Plessis dont le mari court mais loin devant (moins de3h). On attaque les quais de Seine…25ème km ok, 30ème en 2h34 ‘ (pour 2h29 à tenir) toujours ok mais là ça commence à être dur…passage dans les tunnels, et dans le deuxième, crise d’angoisse…pourquoi ??? Mais pourquoi moi commandant Coustaud ??? C’est le début de la fin…un gros camion isostar distribue son produit… j’en bois un verre, mais c’est pas terrible.. C’est dur…de plus en plus dur…virage à droite et … oh non, une côte, terrible !! j’ai envie de marcher, mais non, je marche presque, au ralenti total en attendant la fin de cette méchante pente…le ravito approche, j’enfile mon dernier gel (j’ai perdu le gel « boost » que je devais prendre dans les 5 dernier kilo). Moment fatidique, le bois de Boulogne, qui m’a achevé, je n’en voyais plus la fin alors qu’elle n’était plus qu’à 5km… peut être les plus long de ma carrière sportive, un calvaire, je tire sur les bras, j’essaie de lever les genoux mais je suis cuit…fondation Louis Vuitton et il reste quelques mètres … le dernier gros et énorme rond point, du monde en veux tu en voilà… et cette ligne d’arrivée…je ne vois pas les miens, malheureusement…et je franchis cette ligne à bout de force, il me faut vite de l’eau et un truc à manger..je m’assois sur un trottoir, discute avec un gars dans le même état que moi, voir pire…5min puis direction salon VIP Schneider, ridicule leur ravito, y a plus rien en plus…bref, je suis allé au bout à bout mais ravi quand même.

3h52 au total…pour mon 6ème marathon (dont 4 sur Iron Man). Un peu déçu mais c’est pas grave, j’assume.

mdp01

J’en ai pris plein les yeux, retour difficile à l’hôtel, dans le métro beaucoup sont comme moi et je m’assois à côté d’un petit jeune super heureux, 3h30 pour lui, sa 2ème tentative fut la bonne… ce qui veut dire qu’il faut que j’y retourne !!!

Les heures et la semaine qui ont suivi, ont laissé place à la découverte et à la bière !!!!!! Super séjour en famille, ville merveilleuse chargée de l’histoire de France qui vous saute à la tête.

Loudo

15 JAN - Sortie vélo en groupe

Partis à 8h45 très nombreux avec de nouvelles têtes (que je ne connais pas toutes) notre petite troupe s'est dirigée vers Menton.

Ambiance bord de mer, et exos en bosse pour le retour, ça c'était le pitch du jour.

C'est parti vite dès le début avec une explosion du groupe très rapide. Impossible de discipliner toute cette fougue... Du coup, arrêt à Beaulieu pour séparer les purs sangs non débourrés, des chevaux disciplinés. G1 en file à 2 de front, pas coton dans la circulation... 

Nota: Si on veut se perfectionner pour rouler en chaîne Belge (c'est un kif!!!) il faut qu'on trouve des routes plus propices et surtout qu'on se discipline. Moi je veux bien donner un petit cours à la communauté... C'est assez technique tout ça. Je connais.

Demi tour du G1 à Menton pour retrouver le G1 Bis que l'on retrouve finalement assez vite.

A Menton, regroupement complet avant de nous lancer sur les exos dans la côte permettant de relier la Grande Corniche. : 6 x 2 minutes avec 1 minute de récup. Très bien pour forcer le cardio à monter un peu, en variant les rythmes.

Petit coup de mou de notre Marianne qui aidée du Gentleman Morti arrive à Eze village sans encombre.

Arrivée à Eze village, certains rentrent, d'autres poursuivent un petit test cardio dans la côte (Bd du Maréchal Leclerc) avec des portions à plus de 15%... Le kif.

Une crevaison d'une fille en haut nous retarde un peu. Forcément, on aide, on n'est pas des chiens non plus ;)

Retour à Nice par Eze, grande corniche.

Dernière bourre dans la descente avant de tous nous perdre, et retour maison.

Belle sortie env. 80 bornes.

Temps magnifique vent très fort. Les profils hauts ont piloté aujourd'hui...

A+

Cyril

 Image 24894501

Joranne, Didi et Yassin au Vistaero.

Image 1195647701

Payam et Loco-Loudo: nos deux ours mal rasés...

Image 1815531810

Armand: Robocop... une machine quoi !...

Image925862883

C'est pas si moche pour un mois de Janvier, non ?!

 

12 MAR - Monaco Run 2017 - 10km

Après un bon échauffement dans les rues de Monaco, je retrouve Lionel en train de s'échauffer avec Mathieu, son frère cadet. De là, on peut comprendre que pendant cette journée "ça va envoyer du steak" .

Neuf heures, le départ est donné sur le port de Monaco. De suite, les plus rapides partent devant à une allure très soutenue et nous sommes dans le deuxième groupe avec Lionel. Plus loin, Sebastien et Aurélie tiennent aussi une belle cadence. Après quelques kilomètres de parcourus, nous entrons dans les tunnels monégasques: les difficultés commencent ça se faire ressentir...

Avec un finish sur le port de Monaco: J'arrive à voir Lionel qui finit devant moi avec 1' d'avance et quelques minutes derrière moi, Seb et Aurelie qui arrivent à leurs tours.

Un beau parcours et une belle ambiance tout au long de la course...

Résultats :

  • Lionel: 37.01
  • Romain : 37.45 
  • Seb : 41.01
  • Aurelie : 44.10

Romain

NDLR: temps officiels

  • Lionel 34ème de la course en 37'00 et classé 23ème senior
  • Romain 46ème en 37' 45" et classé 3ème espoir (podium)
  • Sébastien 105ème en 40' 57" et classé 55ème senior
  • Aurélie 179ème en 44' 07" et 5ème senior féminine

Romain sur le podium du Monaco Run 2017

Romain et Mathieu

0138 JG3A2095

Lionel en bleu

0156 JG3A2124

Romain l'index en l'air...

Sébastien Bocchi bis

Séb4, les pouces en l'air et la langue pendante...

 

11 DEC - Tri de la Saint Sylvestre à Antibes

Duel au soleil

Ce dimanche 11 décembre, la côte d'Azur, et plus précisément le cadre prestigieux du Cap d'Antibes, a été le théâtre d'un duel qui aurait pu se terminer par un parricide.

Fort heureusement l'expérience a su prémunir la vieille garde d'une vile et perfide attaque de la part de la jeune génération, sportive et triathlétique.

Un défi dont il est aujourd'hui difficile de démêler les origines. Sont-ce les Brothers de la "Lakhal Team" ou la jeune Polina FLIPOSKAÏA ? Nul n'a pu sonder les archives pour déterminer qui de l'œuf (Mehdi TERRANEE) ou de la poule (Polina FLIPOSKAÏA) avait défié le coq (le valeureux Lorenzo PILOF).

Toujours est-il qu'en ce beau dimanche prè-natal (de nativité bien sûr), la fine équipe, accompagnée de valeureux sparring-partners et d'une foule de supporters venus en grand nombre, se retrouvèrent, non sur le pré mais les pieds dans l'eau fraiche.

En effet la Méhdi-terranée, sœur de l'œuf sus-cité, avait oublié de rebrancher son cumulus la semaine précédente et le bain ne dépassait guère les 15°c.

Ce sont donc 3 valeureuses nymphes et 5 gars, tout aussi vals qu'heureux, membres de la célèbre écurie niçoise du Nulle Trouille au Compteur (NTC pour les néophytes), qui mouillèrent le néoprène à 13h tapantes.

Le dieu Râ, ou Hélios, selon vos références mythologiques, était de la partie et ses rayons ont caressé notre cuir tout au long de l'épreuve, ce qui rendit la peine bien plus supportable qu'elle n'aurait pu l'être en d'autres circonstances climatiques.

Après cet exercice frigorifiant, Lorenzo PILOF se retrouve dans une arène vélocipédique déjà bien dégarnie. Même s'il est malheureusement coutumier de ce paysage quasi-désertique, il avait quelques circonstances atténuantes après trois ans et demi de pause triathlétique.

Sa jeune progéniture slave (la célèbre Polina, fille "cachée" du célèbre italo-russe), partie 5 minutes après lui, ne ménagea pas sa peine pour rattraper son glorieux paternel mais ne parvint à lui reprendre quelques secondes que sur l'exercice pédestre.

In fine, c'est sous les ovations d'un public en transe que la Pilof- Fliposkaïa Team franchi glorieusement la ligne. Il se dit dans le landerneau triathlétique que cette première joute pourrait être les prémices de futures et titanesques affrontements.

        Tri St Sylvestre         
 

 

Laurent FLIPO en direct d'Antibes, pour NTC Magazine.